La Démocratie ailleurs et à madagascar

340_Barack-Obama

L’Histoire a voulu que les deux grandes Puissances planétaires, La France et les Etats-Unis d’Amérique élisent toujours ensemble au cours d’une même année leur Président. Rien de vraiment comparable entre les deux modes d’élection sauf qu’à la base des deux systèmes, on parle à outrance de démocratie, de liberté, de transparence et puis des valeurs. Bref, des vrais modèles à suivre voire à imposer.

L’un des mobiles brandi par la France quand elle était allée vers les autres continents au 19 ème siècle est sa mission civilisatrice. C’était d’une autre époque, mais plus proche de nous, la déclaration de La Baule : pas d’aide financière sans avancée démocratique. Dans le pays de l’oncle SAM, Barack Obama a encore bien fait passer le message de « four more years ».Il a gagné et il n’a plus rien à perdre. Là-bas, ils exportent leur démocratie au nom des principes typiquement américains, clefs de voûte de l’articulation de melting pot et de l’american way of life. Ils ont encore hérité tout ça des Whasp, pionniers venus d’outre atlantique dont parle MAX WEBER dans sa fameuse théorie.

Depuis 2009, malgré la dureté de langage et de position à l’égard du régime de la Transition, Les USA sont là très présents dans le microcosme politique malagasy à travers ses épées de Damoclès à l’encontre de ce qu’ils qualifient de dérives anti-démocratiques. Et voilà la toile d’araignée visible entre les deux grandes puissances qui semblent être en harmonie parfaite car on parle d’une même langue quand on prône la liberté et la démocratie à l’intérieur des frontières. A l’extérieur, sécurité nationale et intérêts obligent. A chacun son style même entre deux hommes qui se succèdent à la Présidence. En France, le plus américain de tous les présidents depuis De Gaulle est emporté par son tempérament détestable et par son bilan socio-économique désastreux. François Hollande révise la politique française en Afrique :

Hollande-France-President-20120507

Le réseau Françafrique n’est plus de l’air du temps et le département Afrique de l’Elysée est ripé totalement vers le Quai d’Orsay. Mais quoiqu’on dise, quoiqu’on pense, par la position géostratégique de la Grande Ile, les deux Grandes Puissances, tantôt partenaires, tantôt concurrents mais en gardiens des valeurs démocratiques cherchent à imposer leurs jeux et leurs principes. L’étau se resserre dans les pays en voie de démocratisation, et ces deux pays recherchent des idéaux démocratiques correspondant à leurs clichés pour adopter une démarche plus engagée dans la voie de résolution des problèmes engendrés par des problèmes politiques. Dans les pays en crise, les peuples n’ont pas d’attaches et les régimes n’ont point de ports. Navré de faire appel à la conscience, en face d’une situation pareille, les peuples sont figés au repli d’eux mêmes et leurs Etats Nations sont mis en quarantaine. Chers concitoyens universels, que toutes les voies possibles nous éclairent et que les conditions de retour de ces pays en crise dans cet illustre concert des Nations soient définies et déterminées aussi tôt qu’ils périssent. Au nom de la démocratie, et de la paix mondiale.

La rédaction

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *